Romuar, un enfant de la Terre et du Ciel

Romuar, un enfant de la Terre et du Ciel | Marianne Poncelet | de Vecchi - Les 3 OrangersQuelque part dans le temps et dans l'espace, sur une planète qui ressemble étonnamment à la nôtre... Romuar, un petit garçon au rire éclatant, constate avec effroi que le coeur de ses proches se couvre d'une fine pellicule de pierre, et que chacun sombre dans l'égoïsme. Fort d'un enthousiasme en tous points magique, il entreprend alors de sauver le monde. C'est le début d'une longue aventure, fertile en rencontres étranges et en terribles affrontements. Une étoile filante, un dauphin joyeux, des vents complices et une mer aux pouvoirs surprenants l'assistent dans son entreprise et lui donnent les moyens d'accomplir sa mission...

Préface

par Yehudi Menuhin

L'allégorie de Marianne Poncelet, c'est la vérité profonde exprimée en fantaisie. C'est la vérité de la vie représentée par Romuar : lumineuse, colorée, vibrante et toujours fluide, changeante, mouvementée et néanmoins en équilibre dynamique.

C'est la mort qui est l'agent de cet équilibre et qui en permet la continuité même : belle, inévitable, essentielle à la vie.

Mais alors, le vrai fléau, la vie « morcelée », c'est de vivre la mort, la négation de tout ce qui est la vie, en imposant la rigidité à la fluidité, en réduisant l'homme même en parcelles carrées, la vie en conserves rangées docilement, « carrément » dans un superbe supermarché également carré, peuplé par des corps et des têtes carrées, aux cœurs pétrifiés, carrés eux aussi.

© Marianne Poncelet, 2019 - Droits d'auteurs